Naturelle, 60x40cm, Monch

Monch

Nouveau

Peinture photographique, tirage papier contrecollé sur Alu, 8 exemplaires, 60x40cm

Plus de détails

850,00 €

TTC

  • Certificat d'authenticité Certificat d'authenticité
  • Délai de rétractation de 14 jours (Loi Hamon) Délai de rétractation de 14 jours (Loi Hamon)
  • Œuvre emballée par l'artiste qui la remet au transporteur Œuvre emballée par l'artiste qui la remet au transporteur
  • Livraison gratuite jusqu'au 31 décembre pour l’Europe Livraison gratuite jusqu'au 31 décembre pour l’Europe
  • Paiement 100% sécurisé Paiement 100% sécurisé

Peinture photographique, tirage papier contrecollé sur Alu, 60x40cm

Editée à 8 exemplaires  (toutes dimensions confondues)

Impression numérique Fineart haute définition sur papier Innova Photo Smooth Cotton Mat 315g/m2, effectuée en atelier professionnel et en présence de l'auteur.

Contrecollage sur aluminium 1mm (pour les tirages 40x60cm) ou Dibond 2mm (pour les tirages 60x90cm).

Encadrement en caisse américaine en bois teinté noir + châssis rehausseur.

Peinture photographique :

Travail de composition et dessin numériques à partir de photographies personnelles de matières et de portraits.

Aucun artifice logiciel ni filtre d'effets ne sont ajoutés pour les images. L'utilisation du numérique se réduit à la composition, le dessin, le mélange etc. L'élément photographique est utilisé comme un peintre utilise sa palette de peinture.

Existe aussi en tirage 60x90cm, contrecollé sur dibond 2 mm, au prix de 1500€

Monch ou la traversée des ténèbres


Tout part d’une muraille d’opacité. D’un miroir aveugle. D’un creuset de solitude, implacable et souverain. Et Monch crève les veines de sa nuit. Le dehors n’est pas son fort. Des labyrinthes verticaux, écrasants, enchevêtrés et chaotiques, font vivre un espace qu’on dirait fouillé et faillé, hanté à  cru de brûlures vitales, de soubresauts souterrains, et de traits ouverts comme des blessures, et taillés au scalpel. L’opacité prend l’espace, et l’espace est possédé. Dès lors, les premières lueurs de l’univers sombre tressaillent, traversées d’instants fatals. prouvant face-à-face.


Dans l’étau étranglé de chaque œuvre, âpre et serrée, obscurément tamisée, vibrent ici et là les cordes désarticulées des drames vécus de notre monde. Monch installe et impose les élans saccagés des racines de la vie, comme s’il arrachait la peau des êtres. Ce que les ornières de la culture cachent obstinément, ce que les ordres du jour n’en peuvent plus d’affronter, la part d’ombre le révèle : les trouées de l’être, les regards sacrifiés de nos doubles, et leurs beautés mortelles. Flotte une odeur de gouffre, de souffre et d’étrange énergie sacrificielle. L’impensable stagne et couve sous les apparences cruelles d’un monde décapé. Il attend de pied ferme, fatal, terrifiant, à découvert, et toujours déjà maculé d’espoir et de désespoir.


Passeur de ténèbres, Monch crée au-delà de la vie. Magicien-envoûteur, il porte des coups au cœur des mortes surfaces. Il déchire les fatigues de l’ombre. Dessin, sculpture, photographie, peinture, tout est broyé pour naître à l’œuvre finale. Aux abords de l’abîme, il ose lâcher prise, et ça parle. Son art est insidieux comme un poison. Sorties de l’antre, ses formes acérées font disparaître nos repères sécuritaires. On navigue en territoire d’inquiétude. L’art n’est pas fait pour les regards assis…


Monch éprouve la puissance démoniaque des interdits vitaux qui prennent nos vies et nos vides. L’ordre du sacré vacille, et la terreur vitale saisit l’âme à la gorge. Il n’y a plus que la figure humaine qui résiste, en proie à toutes les métamorphoses vitales. Infinies sont les passerelles au pays des faces, des visages, et des gueules. Art d’exorcisme et de combat. Art de l’impossible tendresse. L’œuvre aérée d’inconscient incarne le fantasme aigu de l’existence saisie à la gorge, et mise à nu.


Christian Noorbergen

Accepter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies