Les Pisseuses 9, 100x78cm, Olivier Ajas

Nouveau

Technique mixte sur papier journal marouflé sur contreplaqué, 100x78cm

Plus de détails

2 500,00 €

TTC

  • Certificat d'authenticité Certificat d'authenticité
  • Délai de rétractation de 14 jours (Loi Hamon) Délai de rétractation de 14 jours (Loi Hamon)
  • Œuvre emballée par l'artiste qui la remet au transporteur Œuvre emballée par l'artiste qui la remet au transporteur
  • Livraison gratuite jusqu'au 31 décembre pour l’Europe Livraison gratuite jusqu'au 31 décembre pour l’Europe
  • Paiement 100% sécurisé Paiement 100% sécurisé

Technique mixte sur papier journal marouflé sur contreplaqué, 100x78cm

Acrylique, huile, gouache, marqueur ...

"Olivier Ajas, Tiens, des Pisseuses !"


par Pierrette Blutte-Muslin


Tiens, des Pisseuses et des Pisseuses avec une tête, des corps qui, tout entiers, répondent à l’exigence d’unité, d’indissociabilité entre tous les éléments du corps.


Rien n’est négligé et rien n’est hiérarchisé, un corps tout en transgression, voilà ce que donne à voir cet expressionnisme de plus en plus marqué d’Olivier Ajas.


Ici, la transgression n’est pas provocation, elle n’est que la forme perceptible, en « transparence », d’un équilibre qui ne passe pas par les canons de l’esthétique ni même ceux d’un anti-esthétisme qui se soumettrait à son tour à des dictats tout aussi rigoureux que ceux du «beau à voir ».


Les Pisseuses sont libres dans leur tête et dans leur corps. Que font-elles? Elles pissent ? Elles se masturbent ? Peu importe. Leur présence qui s’impose si fortement en dit long sur le peu d’importance du faire par rapport à l’être. Les Pisseuses, toutes de rose et de mots traversées, avec leur petites jambes, leurs disproportions, sont belles parce que fortes et à ceux qui, et cela ne manque jamais, se diraient ou diraient « Mais cette représentation n’est-elle pas une offense, voire davantage, faite aux femmes ? », les Pisseuses pourraient répondre :


« Mais regardez nous, regardez nous bien, nous ne sommes ni des sujets, ni des modèles, ni même un concept, nous sommes la forme expressive d’une pensée qui est une pensée de liberté avant tout.


Et vous, croyez-vous être libres ? Nous, dans l’effort qui est le nôtre de distendre et recomposer notre corps, d’en disposer, nous défions toute loi plastique et nous imposons, sans violence aucune, notre liberté absolue ».

Accepter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies