Exposition "Evasions des arts", invitée d'honneur: Inès Lopez-Sanchez Mathély

De la fragilité découle l’empathie qui nous rapproche de l’autre faisant office de miroir. La fragilité cède aux sentiments du cœur et à ses penchants. Elle est une faille qui nous rend plus humain. La fragilité nous aide à mieux comprendre l’autre, tout en acceptant de lui montrer qu’on a aussi besoin de lui.

Les sculptures présentées comportent des manques, des blessures de vie. Ces œuvres plastiques à taille humaine, sont prévues pour être installées en groupe dans une mise en espace. Elles ont été conçues avec des métaux soudés auxquels se sont rajoutées différentes techniques, destinées à donner l’aspect du métal rouillé et rongé. Elles évoquent l’usure du temps et les souffrances endurées par les êtres humains.

L'utilisation de pigments liés à la terre, contribue à la dramatisation du sujet parce qu’ils expriment la poussière, les restes humains.

Les portraits représentent des entités imaginaires de différents horizons. Ils ont été réalisés sur un support de papier bulle. La transparence de ce matériau évoque le côté éphémère et fantomatique d’êtres disparus, ainsi que l’oxygène. L’oxygène évoqué par les bulles et l’asphyxie qui résultent du plastique que je fais fondre volontairement. Ces personnages semblent abîmés par les épreuves, mais sereins et confiants dans l'avenir insufflé par la vie. De la fragilité des êtres évoquée par cette installation découle aussi notre force à rebondir dans la réunion les uns des autres.

En fonction du lieu d’exposition, je vous propose d’entonner des séfarades à capella, airs populaires transmis oralement de génération en génération, qui racontent le quotidien de la population. La voix exprime la sensibilité de l’être dans sa fragilité. J’inviterai alors le public à un rituel, pour nous unir dans le partage de notre humanité.

Inès Lopez-Sanchez Mathély