Frontera Jean

Jean Frontera est né le 19 Août 1958 à Béziers dans l'Hérault.

Curieux, passionné, du dessin à la sculpture, de la décoration à la photographie, avide d'expériences et d'aventures, ce solitaire parcourt le monde à la recherche de sensations fortes, de sports extrêmes... Ses expéditions de la montagne à la mer, la nature et les espaces sauvages lui offrent ressource et inspiration.

Des grands espaces à l'aventure de la peinture il n'y avait qu'un pas et il couche désormais sur la toile les matières et les couleurs que la nature lui offre au cours de ses périples.

Sa grande satisfaction ce n'est pas de commencer un tableau ou de le contempler une fois terminé, c'est ce qu'il y a entre les deux : "peindre"!

Il aime Dali, César, Soulage, Vasarely, Pollock, Richter et beaucoup d'autres.

Autodidacte, acharné c'est avec une énergie féroce et de multiples essais qu'il vous livre son thème de prédilection « l'Art et la Matière ».

« L'Art et la Matière »


L'esprit n'est plus indépendant de la matière, ni opposé à elle, mais émerge laborieusement d'elle sous forme d'art et de tableaux. Matière sombre ou lumineuse, matière dégénérée, matière condensée, antimatière...


Variation de matières et de couleurs, celle-ci donne un caractère intime, tactile à la toile et entraîne celle des volumes et des lumières. Entre chimie et peintures, la chimie désorganise, la toile s'organise, la matière s'installe.


La matière permet à l'homme de se découvrir et de se réaliser. On parle toujours de la soumission devant la matière, il y a aussi la soumission devant le tableau.


 « Mes tableaux »


Les toiles abstraites mettent en évidence une méthode : ne pas avoir de sujet, ne pas calculer mais développer, faire naître. Ce sont des peintures polymorphes.


En fait mes tableaux sont des idées rendues visibles ou devenues images. Je mélange des produits (peintures, pigments etc...) qui ne s'aiment pas forcément ; ils s'entremêlent, s'harmonisent, s'unifient. Quand je suis dans mon tableau je ne suis pas toujours lucide de ce que je fais, c'est seulement après une espèce de temps, de prise de conscience que je vois ce que j'ai voulu faire. J'effectue des changements, des rajouts, des modifications, parce qu'un tableau a sa propre vie, j'essaie de la laisser émerger. Je suis rarement satisfait du premier coup, je remets toujours en question le résultat et me renouvelle sans cesse. Ce qui compte c'est la spontanéité, l'impulsion.


Il faut croire en ce que l'on fait pour faire de la peinture, s'engager intimement et émotionnellement. L'art est l'ultime forme de l'espoir, de la vie et de la beauté.


Mes tableaux sont sans objet, ils sont l'objet d'eux-mêmes, ils n'ont à première vue ni signification, ni sens.


La matière est un trop vaste sujet. Pourquoi je peins ? Parce que je n'ai trouvé aucune raison de ne pas le faire.


L'œil ne se lasse jamais d'un spectacle de splendeur, plus on connaît les choses, plus elles deviennent belles.

Détails

Les oeuvres de l'artiste :

Il y a 6 oeuvres.
Accepter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies