Sainrapt Sophie

Sophie Sainrapt est née à Neuilly-sur-Seine vers 1960 comme on va vers la mer. Elle vit un peu, « fait son droit », obtient un DEA d’Etudes Politiques tandis que, de 1988 à 1994, elle se forme à la peinture et à la sculpture chez Hashpa et Alain Marie avec qui elle découvre le métier, le vrai.

Biographie


2012


Effeuiller, deuxième livre chez Area sur son travail réalisé chez les éditeurs Pasnic et Le Renard Pâle.


Laurence d’Ist expose des œuvres érotiques de Sophie en Suisse au Manoir de Martigny.


Premier Salon de la Bibliophile, Place Saint Sulpice, Paris avec Nicolas Dumesnil de Pasnic et le Renard Pâle.


Cette année est consacrée par Sophie à son travail sur les Femmes du Monde qui sera exposé à la galerie Insula en Mai 2013 sous le titre Le Printemps des femmes.


Expositions

Paris 10e : Effeuiller (Galerie Area)


Paris 6e : Salon de la bibliophilie


Suisse : Etre Ainsi (Le Manoir de Martigny)


Publication

Effeuiller, Area éditions, Paris


Poésies rondes du monde, Editions Pasnic


2011


Ouverture de la Galerie Insula, rue Mazarine à Paris avec Entrées en Matière. Exposition collective à la quelle participe Sophie.


Début de sa nouvelle thématique les Femmes du Monde avec pour modèles des femmes de toutes les couleurs, formes et origines. Tableaux exposés à la Galerie Insula.


Les Renards lancent une collection limitée : Secrets d’atelier où Pascal Aubier entre dans l’intimité de l’atelier de Sophie alors qu’elle peint ses Femmes du Monde.


Expositions

Paris 6e : Histoire d’empreintes (Galerie Insula)


Paris : Qu’est ce que la nature (Galerie 89)


Paris 6e : Entrée en matière (Galerie Insula)


Haute Marne : Alfred Kubin et le dessin contemporain (Abbaye d’Auberive)


Paris 6e : Les roses de Saint Germain (Galerie de l’Europe)


Publication

Secrets d’atelier 2, Le Renard pâle éditions


Lettres à l’être, 39 gravures au carborandum, texte de Françoise Monnin, Editions Pasnic, Paris


2010


Rencontre avec Véronique Cochois et Véronique Marchal de la Galerie Insula qui exposent pour la première fois Sophie à l’occasion de Corps Singulier Pluriel rue des Grands Augustins, Paris.


Un nouveau livre Les Animaux Mytho chez Pasnic avec des textes de Christian Norbergen inspirés de ses gravures.


Expositions

Yeosu Art Festival, Corée entrainée par Ileana Cornea


Paris 17e : Salon MAC Paris


Paris 11e : Les Animaux Mythos - Les 4 éléments


Paris 6e : Le Corps singulier pluriel - Galerie Insula


Publication

Collection Les Garces, Chair des choses de Renée Vivien ; Le Renard pâle éditions


2009


Du modèle dévêtu devant elle, Sophie ne transcrit le plus souvent qu’une partie. Des traits du fusain que rejoignent les coulures du pinceau ; c’est avec son corps que Sophie peint, avec son cœur que ses nus féminins se transforment et exultent.


Sa palette s’est enrichie de couleurs chaudes, orange, pourpre, jaune indien… qui explosent et transcendent le nu. Ce nu dont le désir – les désirs – s’offre à nous, se dévoile et se cache sous le lavis et l’encre de Chine.


Sophie réalise de nouvelles gravures sur les poèmes érotiques de Georges Bataille et de Pierre Louÿs.


Area publie Les rires d’Eros qui donnent lieu à une exposition à la Réserve d’Area.


Rencontre avec Patricia Dupuy et Bernard Soria, éditeurs passionnés de peinture et d’érotisme. Elle se lance avec eux dans une première aventure, la publication de Clitoris d’Arrabal mis en peinture par Sophie.


Expositions

Paris : Eros tondos (Area La Réserve)


Paris : Les rires d’Eros (Area La Réserve)


Paris : L’art du nu (Espace Commines)


Antony : Trente ans et quelques (Espace d’art contemporain E. Beaudouin)


Publications

Les rires d’Eros (Sophie Sainrapt, Guy Goffette, Pascal Aubier, biographie par Véronique Spahis ; Editions Area, Paris)


Trente ans et quelques (Marion David ; Editions Pasnic, Paris)


Poème Clitoris d’Arrabal ; Le Renard pâle éditions


La Femme (Pierre Louÿs, Sophie Sainrapt, 25 gravures au carborundum ; Editions Pasnic, Paris)


Collection publique

Châtellerault : Artothèque


2008


Son travail s’intensifie. Elle fait s’entrecroiser des moments différents de son inspiration, jongle avec les matières.


Elle donne naissance aux Erofables en superposant ses gravures érotiques avec les Fables de La Fontaine toujours chez Pasnic et avec son ami Nicolas.


Un été passé entre la Géorgie aux délices de la mer Noire et la Toscane éternelle, donne naissance à de nouveaux cahiers qui soulignent son inspiration.


Sophie aime la peinture et aime les peintres. Artsénat disparaît mais déjà pointe à l’horizon, de nouvelles expositions d’art contemporain…


Expositions

Paris : Solo et Duo (Galerie Anne Lettrée)


Paris : La nuit de Walesgal (Espace Atelier)


Antony : A venir le monde sage (Espace d’art contemporain Eugène Beaudouin)


Paris : Oxygène (Galerie Nikki Diana Marquardt)


Publications

Sophie Sainrapt, Femme d’aujourd’hui, fille éternelle (Artension n° 39)


La nuit de Walesgal (pour l’exposition) (Ileana Cornea)


L’art du nu (Francis Parent, Eric Patou ; Editions Patou, Issy-les-Moulineaux)


Eros attrapé par le pied (Georges Bataille, Sophie Sainrapt, avec un texte d’Ileana Cornea, 17 gravures au carborundum rehaussés à l’or ; Editions Pasnic, Paris)


2007


Exposition rue de Seine, en duo avec Didier Genty qui s’empare des dessins de Sophie et les transforme grâce à la magie du monde digital.


Une autre exposition, dans son atelier, Des peluches de Charlotte aux Fables de La Fontaine présente de nombreuses gravures inspirées des jouets de sa fille et des fables du vieux maître. Ces dernières vont être réunies dans un livre Le choix de Sophie, édité comme toujours par Pasnic.


Un voyage en Patagonie lui fait ressortir ses carnets de voyage. Les paysages lui inspireront de nombreux dessins et de nouvelles céramiques.


Elle organise à son atelier une fête exposition à l’occasion de la sortie du film de Pascal Aubier, La ballade du Transsibérien et de la petite Sophie de France.


Expositions

Paris : Des peluches de Charlotte aux Fables de La Fontaine (Espace Atelier)


Issy-les-Moulineaux : 7ème Biennale d’art contemporain (Musée Français de la Carte à jouer)


Paris : Duo (Espace Atelier)


Publications

Le choix de Sophie (Jean de La Fontaine, Sophie Sainrapt, 19 gravures, textes dupoète écrits de la main d’enfants, 12 exemplaires ; Editions Pasnic, Paris)


Film

La ballade du Transsibérien et de la petite Sophie de France (Pascal Aubier, 42mm, DV cam, production Pascal Aubier)


2006


C’est surtout le papier qui l’intéresse désormais. La matière du papier, ses réactions à l’encre et à l’eau. Sophie peint, le papier à plat par terre. Sa tête vacille de ses modèles au papier, du papier à ses modèles.


En regardant sa fille Charlotte grandir, la voyant passer doucement de l’enfance à l’adolescence, Sophie exécute des œuvres sur cette métamorphose : ses Chrysalides qu’elle exposera à son atelier.


Pascal Aubier réalise un film-portrait de Sophie, au travail et dans la vie qui les entraînera sur les traces de Blaise Cendrars : avec Charlotte, ils prennent le Transsibérien et vont se cacher au fond de la Mongolie. Sophie remplit des cahiers de voyage, des paysages, des portraits, des résonances avec son univers érotique…


Expositions

Paris : Chrysalide (Espace-Atelier)


Paris : Taille humaine, Artsénat (Orangerie du Jardin du Luxembourg)


Paris : L’art désemmuré (ESPACE Univer)


Paris : Libertins, Libertines (Galerie Area La Réserve)


Publications

Eternellement nus, in Cimaise, été 2006 (Armelle Pineau)


Taille humaine, in Catalogue, mai 2006 (Christian Gattinoni)


2005


Son travail sur l’imaginaire des animaux l’amène à interpréter en gravures quelques fables de La Fontaine avec la complicité de son ami Nicolas.


Travaille la céramique : assiettes, plats, vases en reprenant les Anges et développe là aussi son inspiration érotique.


Expositions

Bordeaux : Sens de l’indécence (Opendoor Openeyes, festival Novart)


Paris : Labyrinthe (Galerie de l’Entrepôt)


Paris : Tour de Chauffe (Hôtel Salomon de Rothschild)


Sainte-Suzanne : Animal et Territoire (Château de Sainte-Suzanne)


Collection publique

Châteauroux : Musée


2004


Pasnic édite Les Amies, Femmes, Hombres, autour de 39 gravures de Sophie.


Odile Dorkel lui fait rencontrer Pascal Aubier qui lui achète une première gravure. Cinéaste et collectionneur de longue date, il se passionne pour le travail de Sophie. En découvrant en retour les films de Pascal, seulement visibles sur de vieilles cassettes VHS à peine regardables, Sophie et Odile décident de financer le transfert de Valparaiso Valparaiso sur support DVD. Ahurissement de Pascal Aubier. Cette démarche cependant, va le conduire à transférer l’ensemble de ses films de fiction et à les faire éditer par Doriane Films. Sophie en est la marraine et peint le coffret de cette intégrale.


L’exposition Artsénat, Animal et Territoire est un succès qui donne envie à Sophie de graver des animaux. Mais le nu reste la ligne majeure de son travail.


Expositions

Beaugency : Les Anges (Eglise Saint-Etienne)


Paris : Femmes de papier (Espace 7 parnassiens)


Bordeaux : Plis, pliages, mirages (Opendoor Openeyes, festival Novart)


Châteauroux : Hommage à George Sand (Couvent des Cordeliers)


Beaugency : Labyrinthe (Eglise Saint-Etienne)


Senonches : Animal et Territoire


Paris : Et la femme créa l’homme (Espace Belleville)


Publications

Les nus intemporels de Sophie Sainrapt, in Verso n° 33 (Jean-Luc Chalumeau)


Le corps humain est le thème privilégié de Sophie Sainrapt, in Catalogue Labyrinthe (Laurence Debecque-Michel)


Les amies, Femmes, Hombres (Sophie Sainrapt, Paul Verlaine, texte du poète calligraphié, accompagné de 39 gravures au carborundum ; Editions Pasnic, Paris)


Collection publique

Saint-Amand-Montrond : Musée Saint-Vic


2003


Elle installe provisoirement son atelier dans le passage où se trouvent les ateliers de Pasnic et de nombreux artistes dont Michel Haas.


Avec Nicolas, elle grave à partir des poèmes érotiques de Verlaine Les amies, Femmes et Hombres, son premier ouvrage de bibliophilie.


En fin d’année, elle se transporte dans son nouvel atelier rue Darboy.


Expositions

Saint-Amand-Montrond : Femme-enfant (Cité de l’Or)


Publications

Odile Dorkel, Ileana Cornea (Sophie Sainrapt ; Editions Tiempo, Paris)


Emmanuel Luc (Entretien avec Sophie Sainrapt ; Artréalité.com)


2002


Elle se consacre aux monotypes et à la gravure grâce à la rencontre de Pascal Gauvard et Nicolas du Mesnil du Buisson qui ont fondé l’Atelier Pasnic, où ils mettent leur savoir faire au service des artistes.


L’imagination de Sophie déborde, s’enflamme, elle expérimente toutes sortes de techniques de gravure, des plus anciennes aux plus modernes.


Sophie Sainrapt et Christine Canetti, très lyriques, exposent ensemble en duo, en miroir : c’est L’autre moi, à l’espace Beaurepaire.


C’est Alin Avila, commissaire de la 3ème édition d’Artsénat : Art ou Nature, qui lui fait rencontrer Milshtein dont la peinture la touche, c’est le début d’une amitié.


Expositions

Paris : Androgyne (Hôtel des Chartreux)


Paris : L'autre Moi (Espace Beaurepaire)


Paris : Tête (Espace Beaurepaire)


2001


Elle continue de travailler sur des portraits de sa fille mais développe de plus en plus son travail sur le nu, la sensualité et bientôt, l’érotisme.


Expositions

Paris : Galerie Webster


Paris : Face, identité, profil (Galerie Art Témoin)


2000


Sophie prend l’initiative d’une importante exposition collective d’art contemporain dans l’Orangerie du Jardin du Luxembourg, Artsénat, qui se reproduira chaque année jusqu’en 2008. Elle en confie le commissariat à différentes personnalités originales qui sont partie prenante de l’art de leur temps. La première exposition est menée par Emmanuel Daydé, qui choisit le thème du Jardin des Délices, il y invite Sophie à présenter ses Anges.


Odile Dorkel publie Un Fils, roman d’Henri de Maistre retrouvé dans les papiers de son mari et auquel Sophie s’est déterminée à donner vie.


Expositions

Paris : Jardin des Délices, Artsénat (Orangerie du Jardin du Luxembourg)


Nogent-sur-Marne : Tour de Chauffe (Cité des artistes)


1999


Sophie rencontre Ileana Cornea et Françoise Monnin, qui écrivent sur l’art et les peintres Michel Pelloille, Fabian Cerredo et Benoît Tranchant. Elle devient leur amie et commence ainsi à s’intéresser au travail des autres, des vivants, autour d’elle.


Pelloille l’initie à la céramique, elle y consacrera bientôt une partie de son talent. Et elle peint, elle peint de plus en plus, libérée peu à peu des tragédies qui l’ont un temps envahie.


Expositions

Paris : Les voix chères qui se sont tues (Orangerie du Jardin du Luxembourg)


Séoul : Manif Séoul 99 (Séoul Art Center)


Paris : Hôtel des Chartreux


1998


Sa fille Charlotte lui tient le cœur au chaud, et son sommeil lui inspire toute une suite de portraits : Les Anges


Expositions

Paris : Bar Les Scandaleuses


Ernée : 39ème exposition d’art contemporain (Prix de la ville d’Ernée)


1997


Nombreux tableaux dans le souvenir de son mari, sur lesquels les visages s’effacent, se décomposent. Elle passe aussi à des collages de papier mâché sur toile.


Expositions

Paris : Mes amours décomposées (Galerie Bréda)


Paris : Atelier d’artistes (Les filles du Calvaire)


Paris : Galerie Etienne de Causans


1996


C’est dans le souvenir douloureux de sa mère qu’elle réalise des monotypes sur la violence, la chute et l’absence… Elle les exposera à l’Orangerie du Jardin du Luxembourg.


Puis elle aborde la sculpture, des nus et des têtes en bronze : La femme qui pleure évoque sa mère.


Et soudain un autre malheur survient : Henri de Maistre décède à l’âge de 39 ans la laissant seule avec sa petite fille.


Expositions

Paris : Figures (Galerie de l’Arbre Vert)


Paris : La femme qui pleure (Orangerie du Jardin du Luxembourg)


Paris : Groupe Art en Seine (Galerie de l’Arbre Vert)


Paris : Atelier d’artistes (Les filles du Calvaire)


1995


Installation de son premier atelier rue des Filles du Calvaire, ses peintures et ses dessins tournent de plus en plus autour de la représentation du corps féminin. L’huile prenant trop de temps, elle opte pour l’acrylique. Elle se met aussi au crayon, au fusain, aux matériaux liquides. Exposition à la Galerie de l’Arbre Vert à l’invitation d’Odile Dorkel rencontrée chez Hashpa, et rejoint le groupe Art en Seine.


Expositions

Paris : Nus féminins (Galerie de l’Arbre Vert)


Paris : Groupe Art en Seine (Galerie de l’Arbre Vert)


Guiry-en-Vexin : Femmes (Château de Guiry)


1994


Naissance de sa fille, Charlotte de Maistre. Le bonheur à nouveau.


1993


Sophie apprend la tempera, la préparation de la peinture à l’œuf, puis peu à peu s’entraîne à l’acrylique.


Disparition brutale de sa mère. Sophie, bouleversée imprime sa peine dans son travail, où les larmes sont partout présentes.


1990-1992


Alors qu’elle continue et approfondit sa formation en développant son intérêt pour les matières et les techniques, peintures, dessins, gravures… elle expose pour la première fois à Paris, Galerie Artifice, chez Emmanuelle Tharreau.


C’est à ce moment que Sophie rencontre un grand garçon aux yeux bleus, écrivain et poète, Henri de Maistre, qu’elle épouse.


Expositions

Paris : Galerie Artifice

Détails

Les oeuvres de l'artiste :

Il y a 9 oeuvres.
Accepter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies