Gegout Alain

"Je croise des œuvres de l'artiste depuis longtemps. Faux, le verbe croiser n'est guère approprié car il faut dire que je m'arrête à chaque fois, je fais halte, je regarde, je prends le pouls de la chose, le mien, il me semble que ça colle. Le type, cet artiste peintre français né en 1951, cet alpiniste skieur, ce cyclonaute frénétique, cet aventurier aéré et enivré à l'air des Alpes, est formidablement doué. J'ai l'impression que c'est un homme bavard, logorrhéique mais, ne l'ayant jamais rencontré, je n'en suis pas sûr. Je le sens bien comme un créateur invétéré, un irrémédiable créateur qui utilise même le temps de parole qu'il s'impartit à créer des . sonores baroques, à modeler des phrases étranges, inutiles, absurdes et passionnantes dans le silence, à semer son passage de traces, d'éclaboussures, d'empreintes et de sons. Il y a sa muse, Flo, son inspiratrice qu'il torture et sublime sans cesse. Cette monstrueuse et somptueuse protubérance virtuelle de lui-même, ce phantasme incarné et estropié est une trouvaille sublime situé à l'improbable intersection entre la pataphysique de Jarry et la quête esthétique tourmentée d'Egon Schiele.

Cette Flo polymorphe est un haut lieu de la singularité picturale, un pic investi d'affects, d'orages existentiels, de bouffonneries, c'est une glorieuse anti-héroïne, une divinité torse, une femme-tronc sans cesse pillée, un moignon somptueux, une majesté équarrie. Cette muse mutilée, cette gueule cassée et irrésistible est peut-être la métaphore la plus étourdissante de l'art d'aujourd'hui. Gegout nous apprend sans doute que dans les Alpes, en altitude, dans la confrontation avec la pente et avec le froid, dans l'affrontement à l'effort physique, on respire mieux qu'à Paris, plus profondément, plus subtilement, plus audacieusement, à l'écart, en tous les cas, de la nouvelle truanderie conceptuelle, à l'abri de l'art bradé, maquereauté à l'arnaque cérébrale, loin de l’écœurante manualisation intello-pruritaire qu'un puissant goût du lucre et du pigeonnage aiguillonne. Oh, les ignobles sépulcres barbouillés, les pesants bougnats de galerie, les entubeurs de rondelles gloutonnes et fortunées ! Gegout est un véritable oiseau par-dessus ces dégénérés et vicieux faisans d'élevage, piverts à bec de mousse, volailles embrochées de fond en comble. Attention, le sportif insatiable, le maniaque enivré, perfusé à l'effort, l'hygiéniste forcené, l'oblitéré au tampon de la santé sont quelquefois d'infréquentables engeances, des raclures de crétins qui peuvent vous piler les noix sans une once de ménagement et de lassitude. Et quand c'est fini, rebelote.

Revenons à notre bélier qui vaut tellement mieux que ces digressions intempestives. Avec sa muse difforme, polymorphe, instable, il atteint à une sorte de sincérité artistique inédite, troublante, enflée de vérités et de paradoxes en perpétuelle révolution. Mais un être, - et surtout s'il se met en tête de créer -, c'est ça, un projet architectural, une fêlure, un marc de splendeur, un champ de bataille, une liberté qui se débat, qui rue et s'ébroue, c'est l'écho répété d'un avortement et une aventure pleine d'aléas. La muse de Gegout est un voyage de l'être à elle toute seule, sa muse est une bande de Z, de corbeaux, de nymphes, sa muse est une compote existentielle. Et son égérie, c'est également un fou rire, une charcuterie métaphysique, un drame affreux, une tragédie de poche, de toile. La gravité et le risible ensemble, inséparables comme deux oiseaux en cage. Son égérie, c'est une inspiratrice qui expire et, phénix increvable, renaît de ses cendres, Flo, c'est Gegout, comme Emma était Gustave. Quel autre vrai sujet, au demeurant, pour un artiste que la femme ? Dieu merci, la femme touche à tout et élargit le spectre d'action de l'artiste. (Ho, je ne la cantonne pas au rôle d'inspiratrice, il y a des lustres que j'ai la passion de l'art féminin, de l'art selon les femmes ! Mes espaces l'attestent.). Mais l'oeuvre de Gegout est vaste et excède de loin le mystère d'un personnage. L'oeuvre exhale comme un puissant parfum la quête d'un graal dont parfois la silhouette de Flo esquisse la forme et l'élan."

Denis-Louys Colaux, Critique d’art et poète Belge

...

Alain Gegout est un artiste plasticien, "Peintre défiguratif", né en 1951 dans les Vosges France. Il vit et travaille dans le Pays de Gex.

Présent dans de nombreuses collections privées et publiques en France, Suisse, Suède,  Belgique,  Etats-Unis ...

Membre de la maison des artistes depuis 1976.

Membre de la société française de l'aquarelle.

Membre du "groupe des 109"

Membre de la fondation Taylor à Paris

Carnetiste et Globe-trotter



Expositions



2018


Expo en duo avec Monica Mariniello galerie François Fontaine Genève CH 


Salon Comparaisons Art Capital Grand Palais Paris 


Lyon Prospect art Palais Bondy  Lyon


Expo personnelle à la chapelle St libéral de Brive 


Expo avec la Société Française de l’Aquarelle à Toronto, 


expo avec la SFA à Cracovie


Expo SFA à Angers. Trélazé « Les anciennes écuries »


« Regards croisés » avec Marie  Thorndalh Galerie Racines Prevessin  


2017


Art Capital « salon  comparaisons » Février  au grand Palais. Paris.


Expo nationale  des artistes de la société française de l’aquarelle. Mars. Charenton- le Pont. Paris. 


Expo des  lauréats de Conches. Normandie. avril et mai.


« Artistes en Liberté » Palais Bondy. mai. Lyon.


Salon Tony Tollet. novembre  Lyon.


2016


expo perso à la galerie François Fontaine en mars . CH Genève.


invité à la Biennale de Conches en Avril.


« artistes en liberté » . palais Bondy Lyon


« artpaper » Palais Bondy. Lyon


Sélectionné au Symposium international de l'aquarelle en Avignon en Novembre.


Expo collective au muséo national d’el aquarela. décembre.  Ciudad de Mexico


2015


 expo à la galerie "art d'amand" à Bois Colombes.


 les artistes promus par "Maecene art"  font salon à Salon de Provence.  


 "Biennale des 109" à la cité internationale des arts à Paris 4ème.


 expo perso à la galerie "les ogres de papier " Belley en octobre.


 invité au salon "Comparaisons" Grand Palais  Paris  en Novembre.


2014


 En permanence à la galerie « Le zèle des anges » à Lourmarin dans le Luberon.


 Et à la galerie Alain Daudet à Toulouse.


Membre référencé par "Maecène arts"


 Membre  et Invité à la  « Fondation Taylor »  Paris.


Invité d’honneur des 14 èmes rencontres d’art contemporain de Martigues. 


Flo à Romainmôtiers. galerie « la grange » CH


 « Libérations » à St Gervais en Hte Savoie. 


ARTCITE. "Inspirations" Paris  en septembre. 


Galerie JC Chambaz à St Genis-Pouilly en novembre.


Prix Jean Pernet "pour un hiver à venir"


2013


« Eros art today » (invité d’honneur)  à Paris en février Concorde art gallery


Galerie de la grange à Romainmôtiers CH


« Erotica 13 » à Lausanne Swiss art place


 Flo à Bruxelles  aux « chantiers art house » en juin et Juillet


Flo à la chapelle de Fitou en août


 Château de Champdor 01


« portrait » à Lausanne Swiss art place


« Drawing » à Lausanne  Swiss art place en novembre


Biennale 109 à Paris cité internationale des arts


...


Carnets de voyages déjà édités



Venise en automne



Les rives du Rhône de la source à la mer



La Toscane



Terres chaudes terres froides



L'Ile de Öland (Sweden)



Carnet de voyage "N-Y city secret"en 2012



L'Irlande en 2013



Un hiver à venir



De neige et de sable



Horizons de brume



A paraitre cette année: « La part du blanc » et un livre d’artiste avec Joel Bastard. 



...



Bibliographie



Nude art today en 2009 et 2010



Revue : accrochages



B-N MAPRA



Carnets de voyages



Flo en 2010



Flo et ses états d'âme



Flo tous ses états



"L'expressionnisme contemporain 2010"



Editions le livre d'art



L'art du portrait 2011



Edition IDM Patou



Flo catalogue Editions Dizart



« chercheur d’art » de Denys Louis Colaux


Détails

Les oeuvres de l'artiste :

Il y a 4 oeuvres.
Accepter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies