Briantais Bernard

Bernard Briantais vit à Nantes.

 Sa passion du dessin se mêle à son insatiable exploration de nous- mêmes «  pauvres humains ». C’est à travers une forme d’écriture automatique sans garde-fou, qu’il révèle nos rêves les plus démesurés, nos angoisses les plus délirantes, transfigure nos destins les plus obscurs en tragi-comédie, nos férocités en cocasseries. Ses dessins font surgir des personnages, proches de nous, cabossés par la vie, mais à travers des scènes si drolatiques et d’une telle puissance dionysiaque qu’on ne peut plus les oublier. Rabelais n’est pas loin, Les Pieds Nickelés non plus.

Bosch, Bruegel, Ensor, Goya restent pour Bernard Briantais les maitres tant admirés pour leur capacité à peindre de façon si crue et avec autant de magnificence, leurs contemporains. Il n’oublie pas bien sûr, l’art populaire roman et actuel. Mais c’est son œil aiguisé depuis tout jeune (il prenait plaisir à croquer les enterrements et les petites gens dans les squares) qui l’incite à faire surgir à travers des matériaux pauvres (cartes, ardoises, cagettes en bois) tout un peuple de personnages hommes ensauvagés, animaux humanisés, dans une exubérance aussi joyeuse que dramatique tels de séditieux charivaris, de subversifs carnavals, si chers à ses yeux

Quelques regards complices sur la passion qui l’anime :

Jean-Luc Giraud :

« Bernard Briantais est de nature facétieuse et les portraits de personnages qu’il met en scène sont si pathétiques dans leurs gentilles bouffonneries qu’on en arriverait presque à se réconcilier avec nos congénères. Si l’on accorde à ce travail plus qu’un regard amusé, on y découvrira d’autres résonnances, plus satiriques, et le fruit d’un travail quasiment monacal. »

Bruno Montpied :

« Autre chose qui me plait dans ce travail : on trouve là un goût pour le grotesque humain mais qui ne s’accompagne d’aucune misanthropie. On est là dans le constat peut-être dans la perplexité devant ce qui réunit nos frères en humanité, reflets de ce que nous sommes et de nos propres apparences sans doute. On n’est nullement dans la haine de l’humain qui s’exprimerait par une complaisance à représenter des êtres de la façon la plus vile, comme des écorchés bons à passer à la marmite… » (Le poignard subtil, mai 2015)

Expositions personnelles


2016 Novembre-Décembre : Galerie Perrine Humeau - Nantes


2015 L’USINE - Paris


2014 Galerie Hervé Landais - Nantes


2013 Galerie de la Baie – Arradon (56)


2012 Manoir des Renaudières – Ville de Carquefou

Expositions collectives


2015 Le HANG-ART Saffré


2014 La Vinaigrerie (Le Pellerin)


2013 Carte Blanche à Monique et Patrice Masseboeuf ARTEVA (Rezé)

Détails

Les oeuvres de l'artiste :

Il y a 7 oeuvres.
Accepter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies