Nicollet Gérard

Une singularité radicale

 La beauté la plus troublante, la plus agissante est celle qui ne se présente pas à nous sous ce nom galvaudé et toujours canonique.

Les dessins de Gérard Nicollet sont à contempler sans la réserve prudente qu'y met l'intellect à reconnaître son époque. Inutile d'interroger les formes, le geste, le temps, le voile, le miroir. C'est une œuvre qui nous regarde et répond au silence que nous lui accordons.

Il y avait entre la minutie occulte d'Augustin Lesage et l'art du surgissement d'Eugène Leroy une place à prendre. Elle est prise. Prise avec une singularité radicale puisque Gérard Nicollet ne dessine que le sujet que nous ne voyons pas ou, plus exactement, il nous le révèle en le mettant en distance de lui-même, sans le connaître d'avance, après l'avoir extirpé de son enfouissement. Ceci fait avec une lenteur telle qu'elle déjoue la coquetterie de la forme et préserve, du premier geste hasardeux au dernier nécessaire ce qui doit paraître sans préjugé, tel qu'en soi-même.

Daniel Fatous

Lorsque je dessine, je commence à partir de presque rien. La feuille (ou la toile) est blanche. Quelquefois je la prépare au préalable en l'enduisant de gesso ou je la recouvre d'un mélange d'encre diluée. Mais avant toute chose, je trace un cadre, généralement à 3cm du bord. Ce cadre fixe les limites de mon dessin. Il trace la frontière entre le monde réel et imaginaire, bien qu'en réalité je sais que cette frontière n'existe pas. Mais le cadre me rassure et me permet de me préparer à ce que je vais entreprendre. Dessiner.

Ensuite seulement je commence à dessiner. Je ne sais pas à l'avance ce que je vais dessiner. J'aime ne pas savoir. Je découvre mon dessin petit à petit. Je pars souvent d'un point, d'un cercle ou d'un simple gribouillis informel qui se complexifie au fur et à mesure.

J'aime l'inconnu, il permet aux formes et aux textures de surgir. C'est quelquefois inconfortable, lorsque la main hésite, que l'esprit est absent. Mais c'est indispensable pour que l'inconscient et le rêve envahissent la feuille.

Quelquefois les formes sont en apparence abstraites, répétitives, presque géométriques, concrétisations de visions fugitives et de paysages mentaux.

D'autres fois, des visages, des mains, des yeux apparaissent.

Lorsque le dessin est un peu avancé, je le tourne dans tous les sens pour voir comment il « tient ». Quelquefois je le trouve plus fort en le retournant et je le poursuis alors dans ce nouveau sens.

La plupart de mes dessins peuvent être vus à l'endroit et à l'envers. J'imagine une exposition dans laquelle mes dessins seraient accrochés une semaine à l'endroit, et l'autre semaine à l'envers.

Dessiner c'est traverser les apparences. Partir à l'exploration de mondes inexplorés. Et cette exploration n'a pas de fin. Elle dure tant que la main dessine.

Lorsque le dessin est terminé, après un nécessaire temps de repos, je suis à nouveau impatient de repartir à l'aventure.

Je me dis toujours que mon prochain dessin sera plus fidèle aux images qui habitent mon corps et de ma tête.

Gérard Nicollet

Gérard Nicollet est né en 1954 en Tunisie.


Après une enfance passée en Bretagne où il effectue sa scolarité, il passe une dizaine d’années aventureuses pendant lesquelles il est tour à tour comédien, homme de ménage, enquêteur-codificateur, cuisinier végétarien, chômeur…avant de devenir bibliothécaire musical, puis plus récemment documentaliste au Musée Réattu, à Arles.


Parallèlement, il publie en 2004 aux Editions Alternatives, « Chercheurs de sons », livre consacré aux inventeurs d’instruments de musique et de machines musicales. Il anime également un blog dédié à la même thématique et a écrit plusieurs récits inspirés par le monde sonore.


Très jeune, il s’est intéressé à l’art brut et à ses alentours, intérêt qui s’est transformé en passion après une visite au musée de l’art brut de lausanne, puis par son amitié avec raymond reynaud, figure emblématique de l’art singulier en france.


Il a toujours écrit et dessiné.


Expositions collectives


Biennale Hors Normes, Chine, 2016


Thèm'Art Fragilité, La Garde, 2016


Galerie Le Cinéma Repaire artistique, Roquevaire, 2016


Galerie La Ralentie, Paris, 2016


Festival d’art singulier, Roquevaire, 2015


Mythimages, Marciac, 2015


Biennale Hors Normes, Intime/Extime, Lyon, 2015


Au Fabuleux Destin, Aubusson, 2015


Salon d'Art Brut Outsider Singulier, Rochemaure, 2015


Biennale d'Art partagé, Oléron, 2015


Artothèque Babart, Bagnols sur Cèze, 2015


Epicerie de l'Art, Pont du Gard, 2014


Embrasez vous !, Eglise des Frères Prêcheurs, Arles, 2011


L’Air de Riens, Eglise des Frères Prêcheurs, Arles, 2009


ElémenTerre, Eglise des Frères Prêcheurs, Arles, 2007


Entrée en matières, Eglise des Frères Prêcheurs, Arles, 2005


Association des Amis de Raymond Reynaud, Cellier Saint Augustin, Sénas, 2000


D’un point l’autre, Chapelle Sainte Anne, Arles, 1999


D’un point l’autre, Librairie d’images, Montpellier, 1999


Courants d’Arts, Arles, 1998


Art singulier, un regard hors les normes, Médiathèque, Arles, 1997


Peintures singulières, Saint-Martin de Crau, 1996


Galerie La Licorne en montgolfière, Paris, 1989


Expositions individuelles


Galerie La Rage, 2015


Galerie Polysémie, Marseille, 2014


Sous les paupières, Actes Sud, Arles, 26 mars – 30 avril 2013


Feu du dedans, 340 MS, Nîmes, 15 février – 15 mars 2013


Gérard Nicollet, Association des Amis de Raymond Reynaud, Cellier Saint-Augustin, Sénas, 2000


Les Décollés, Librairie Actes Sud, 1992

Détails

Les oeuvres de l'artiste :

Il y a 6 oeuvres.
Accepter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies